“The necessary things cost little, unnecessary things cost money.” Diogenes Cynic

Photo pixabay Singapore

11 February, stay in Cambodia to an end. We spend our last morning to chat with the owner of Bandini's waiting for the tuk-tuk which must lead us to the bus office Champa Mekong. We went around 10:30 am and while we await the midst of other future passengers, a young man comes to me and asks me a string of issues : “You are French ?”, that was easy to guess by listening to me talk, “You are in Cannes ?”, “You went to the Lycee Carnot ?”, Congratulations ah there, how has he done ? ! It turns out that this young man has a better memory for faces than me and we were in high school with the same period, probably in the same class. The world is decidedly small ! His meeting is welcome, as we discuss a time, bus with more than one hour late.

Actually bus, it is a minivan that Cambodian absolutely want to fill up, despite the fact that there is no safe and that all passengers minimum course to a large travel bag ! They manage to cram us somehow and we're off for three hours away, without air conditioning, towards Phnom Penh. Nous ne sommes pas peu satisfaits d’arriver en ville pour enfin nous extraire du mini-bus et choisir un chauffeur de tuk-tuk qui nous amène à notre dernier hôtel dans un quartier de la ville différent de celui où nous avons passés nos premières nuits. Nous sortons pour déguster notre dernier repas khmer et en pleine capitale arrivons à trouver un restaurant où aucun des serveurs ne parlent un mot d’anglais. Allez essayer de leur faire comprendre que je ne mange ni viande, ni poisson ! Nous souvenant d’une anecdote que l’on nous a raconté, nous tentons de dessiner ce que l’on essaye de dire, mais même ainsi nous ne sommes pas vraiment sûrs que le message est passé 😀 , it is ultimately a Cambodian customer who comes to the rescue and translated the order to us. This reminds us our output in Ayutthaya where it is also in a restaurant in town that we had found the Thai do not speak English.

Last night, last morning, we leave the hotel around noon Lalune, having recalled our tuk-tuk driver yesterday who took us to the airport in just under an hour, tacking in traffic in the capital, borrowing small hidden alleyways trying to earn mileage on congested arteries. Phnom Penh Airport is not very large, l’enregistrement des bagages se fait sans souci et nous dépensons nos derniers riels dans des petits sandwichs pensant qu’en deux heures de vol nous n’aurons pas de repas. Mais comme sur le vol entre Singapour et Perth il y a quatre ans, nous avons la surprise d’avoir un repas gratuit sans être trop sûrs de savoir comment cela est arrivé, le mien étant labellisé végétalien. 😮 Peut-être lors de la réservation des billetstiens j’en profite pour vous parler d’un moteur de recherche français : MisterFly, qui contrairement à beaucoup d’autres vous affiche dès le début le prix réel que vous paierez pour un billet d’avion. Le seul bémol étant qu’ils ne semblent pas couvrir encore toutes les compagnies et encore moins les low-cost, ça vaut parfois le coup d’aller directement sur le site de la compagnie aérienne pour ces derniers. Très bon service client également (et non nous ne sommes pas sponsorisés pour dire ça, nous avons juste eu une bonne expérience ! 😛 )

12 février 2018 | 21h21

Prix singapouriens

Mais je ne vous ai même pas dit où nous allions ! En deux heures, vous pouvez vous douter que ce n’est pas loin. 😉 C’est à Singapour que nous atterrissons, mais cette fois-ci nous ne resterons pas dans son confortable aéroport et passons la douane pour aller attraper le métro qui nous amène en centre-ville. Rather than stay only a few hours at the airport, we opted for a night in the city-state. We have already made it a ride 2015, , having had four-day stopover in the early adventures Diaries Backpackers – that was called not even well ! – it was ten years ago and wanted to revisit and discover the colorful neighborhood of Clarke Quay and the pub Crazy Elephant. Great evil has taken me, initially reassured by the heat is bearable, we discover our microscopic room seventy Singaporean dollars – almost 40 € – au Chinatown BP Inn, which radically changes our rooms and prices Cambodia. Never mind, nous partons à pieds en direction de Clarke Quay qui n’est pas très loin et marchons au milieu des restaurants et bars de tout genre. Nous trouvons le Crazy Elephant et décrochons nos mâchoires en voyant le prix des boissons. Nous savions que Singapour ne serait pas donné, more 17 dollars la pinte – 10€ – ça pique les yeux ! Nous nous contentons d’un demi pour deux et repartons vers notre auberge, ne pouvant se permettre de passer la soirée ici. Les bières sont plus abordables dans les 7/11 et c’est dans la rue de l’hôtel que nous trouvons un petit restaurant tranquille aux multiples plats à prix abordables, et même si leur Snow Beer est un peu légère, elle ne fait que quatre dollars – 2,5€ – la pinte. 😎

Je m’arrêterais là pour ce petit article très verbeux mais ne vous impatientez pas, le prochain avion est réservé depuis longtemps et nous venons de prendre deux tickets de bus pour Brunswick Heads:lol:

PS. : la photo d’article n’est pas de moi, thank you Pixabay, bibliothèque de photos libres de droit.

Damn, ça me rappelle que j’ai oublié deux bières dans le réfrigérateur de l’hostel ! Singapore… La ville où l’on se demande ce qui n’est pas interdit, la ville dans laquelle il n’y a pas de balayeurs, l’on attrape les feuilles avant-même qu’elles ne touchent le sol ! J’extrapole, mais d’aucun pourrait lécher le bitume et les trottoirs du coin si d’aucun aimait ça 😉

J’ai bien aimé SingapourAu moment du décollage* 🙂

*Pour aller ailleurs hmmMystère

5 Comments on ““The necessary things cost little, unnecessary things cost money.” Diogenes Cynic”

  1. Peu importe les quelques mois de décalage, c’est le moment présent pour chacun 🙂
    Ron, tu as laissé deux bières chez moi aussi, mais n’aie crainte elles ont été bues !

    Vous faites du teasing d’un épisode à l’autre maintenant ?
    C’est pour nous rendre accroc à vos aventures !?

    Kisses
    Take care
    Marc

  2. Oh ce n’est pas la première fois que l’on vous met l’eau à la bouche ! Avec le retard pris, il faut que je vous promette qu’il y a une suite qui arrive. 😉 Mais vous n’avez pas besoin de ça, vous êtes déjà accroc non ? 😀

    Yes it was! 🙂

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *