“Allen die dwalen niet verloren gaan.” J.R.R. Tolkien

Photo volcan

Le dernier jour de janvier nous attaquons la Bay of Plenty, nommée ainsi par James Cook du fait de son abondance de ressources naturelles. Si le début de la route est déjà sympathique, il devient encore plus joli après la ville d’Opotiki, le littoral étant de moins en moins construit, nous ne traversons plus que de petits villages et les baies qui se succèdent apparaissent de plus en plus sauvages. A notre droite des montagnes de verdure, à notre gauche le bleu changeant de l’océan.

31 janvier 2019 | 17h00

Tolaga Bay

31 janvier 2019 | 17h18

Tolaga Bay Wharf

Au village de Te Araroa, nous envisageons de nous rendre au phare le plus à l’Est de la Nouvelle-Zélande mais les vingt kilomètres de piste annoncés nous font changer d’avis et nous poursuivons notre route sur la nationale 35, plongeant vers le sud. La côte Est ne nous apparaît que par moment, le bandeau de goudron s’étant enfoncé dans les collines qui longent le fleuve Waiapu aux pieds de la chaîne de montagnes de Raukumara.

31 janvier 2019 | 17h19

Sculpture Tolaga Bay

31 janvier 2019 | 19h51

Poverty Bay

Au cœur de la baie de Tolaga, nous marchons sur la jetée historique qui s’avance de six cents mètres au-dessus de l’eau, elle a été construite dans les années 1920 pour pouvoir accueillir les navires, le niveau de l’eau dans la baie n’étant guère profond. Bien que rénovée et ouverte de nouveau aux piétons en 2013, le dernier cargo l’a quitté en 1967.
A son départ, s’élève une sculpture de Jack Brooking, où sont représentés deux Maori aux visages couverts de Tā Moko, tatouage traditionnel Māori. En haut se trouve Hinematioro, une femme de haut statut auprès des peuples de la Côte Est qui vivait au temps où le capitaine James Cook a visité pour la première fois la Nouvelle-Zélande en 1769. En dessous, c’est Te Whakatatare-o-te-rangi, un des plus haut gradés des chefs de la Côte Est.

Nous roulons encore quelques kilomètres avant de nous installer pour la nuit avec d’autres véhicules autonomes, sur une aire de la ville de Gisborne, ouvrant sur Poverty Bayl’inverse de Bay of Plenty aux yeux de James Cook 😉qui nous offre un sublime coucher de soleil.

31 janvier 2019 | 17h20

Détail sculpture Tolaga

2 février 2019 | 11h55

Haut de Huka Falls

Le premier jour de février, après un tour dans la charmante quoi que large ville de Gisborne, nous continuons toujours plus au sud en direction de Napier. Si sur une carte vous pouvez voir que nous longeons la baie de Hawke, nous n’en verrons rien car la route serpente toujours dans les hauteurs.

Après un moment d’hésitation, nous faisons un détour pour traverser Napier, connue pour son architecture. Si le centre-ville est mignon, nous ne nous attardons pas, car comme souvent les villes ne nous attirent guère… Quittant la côte, nous nous attaquons à la nationale 5 qui revient vers le cœur de l’Île du Nord et du grand lac Taupo. Nous passerons cette fois-ci la nuit en montagne, au bord de la charmante rivière Mohaka, sur l’aire de Glenfalls.

2 février 2019 | 11h56

Descente de Huka Falls

2 février 2019 | 12h06

Écume de Huka Falls

Nous sommes réveillés par notre première pluie sur les routes de Nouvelle-Zélande. Juste quelques gouttes qui disparaîtront très vite, quoi que laissant une traînée de nuages gris qui nous accompagneront toute la journée, pas de quoi se plaindre ! Comme à chaque passage dans des grandes villes, à Taupo, nous réalisons notre petit rituel : bibliothèque pour charger et faire un tour sur Internet, courses et remplissages de carburant – de l’eau potable pour nous, de l’essence pour la voiture. 😀 Une des attractions naturelles du coin sont les impressionnantes Huka Falls – en Māori huka signifie écume, environ deux cent mille litres plongent sur neuf mètres toutes les secondes, pour donner une idée un panneau annonce que ce débit serait suffisant pour remplir cinq piscines olympiques… toutes les minutes !

2 février 2019 | 16h29

Rive du lac Taupo

2 février 2019 | 18h17

Nuit au lac Taupo

Le lac Taupo est le plus grand de Nouvelle-Zélande et il nous est aisé de trouver un coin tranquille juste sur ses rivages pour y passer la nuit et y admirer le coucher de soleil. Au matin, nous avons de la compagnie pour le brunch : cygnes noirs, cormorans, canards et hérons sont de la partie. 🙂

3 février 2019 | 14h09

Début du Tongariro Alpine Crossing

3 février 2019 | 15h32

Volcan Ngauruhoe

Si nous avions envisagé de faire la marche du Tongariro Alpine Crossing, nous sommes revenus à de plus modestes ambitions. Au lieu des plus de dix-neuf kilomètres entre les pieds de deux volcans, nous nous décidons pour la première étape, un aller-retour d’environ neuf kilomètres jusqu’au Soda Spring, au pied du Mont Ngauruhoe, un volcan actif de 2 297 mètres d’altitude, le plus haut du massif de Tongariro. Lorsque nous arrivons dans le Tongariro National Park, nous voyons de la fumée s’échapper des flancs du volcan qui a donné son nom au parc et qui culmine à 2 291 meter. Ja Ik Wil, ils sont tous encore actifs mais calmes depuis 1977 pour Ngauruhoe, 2012 pour Tongariro et 1996 pour Ruapehu.

3 février 2019 | 14h58

Cours d'eau à Tongariro

3 février 2019 | 15h16

Soda Springs

Vous ne le reconnaîtrez probablement pas sur les photos, mais avec une ambiance plus sombre, un peu de lave et une haute tour noire surmontée d’un œil, c’est autour de la Montagne du Destin que nous marchons, celle où a été forgé l’anneau et où Frodo doit le détruire… Franchement il nous a fallu quatre jours pour venir là depuis la Comté, il n’y avait pas de quoi en faire une épopée d’environ six mois ! 😀 Et la marche est des plus sympathiques, même sous les nuages, pas un orque en vue. Au retour nous avons quelques aperçus du Mont Ruapehu tacheté de neige.

3 février 2019 | 17h00

Tongariro National Park

3 février 2019 | 17h19

Tawhai Falls

S’il se découvre un peu lorsque nous arrivons aux chutes d’eau, ce n’est que lorsque nous reprenons la route que nous pouvons enfin voir les bords de son cratère. Un peu plus au sud, une courte marche nous mène aux Tawhai Falls qui tombent de treize mètres et dans le bassin duquel des gens plongent d’un peu moins haut… C’est aussi un autre lieu de tournage où Gollum nage et pêche gaiement sous la menace des flèches des archers de Faramir. Oui la Nouvelle-Zélande est vraiment la Terre du Milieu. 😀

 

het woordOn croyait que l’Australie avait la palme d’or du nombre de cadavres d’animaux sur la route, que nenni ! Si ils sont bien plus grandsles kangourous australiensles opossums et autres volatiles néo-zélandais sont bien plus nombreux à avoir senti la puissance destructrice de la plus ronde invention de l’homme, la roue.

 

Ça fait tâche.

 

Il faut dire que beaucoup de ces espèces de piafs s’amusent à traverser les autoroutesà pattes ! Ils marchent ou sautillent à pieds joints, en, un peu comme un jeu de la mort, un défi aux carrosses liés à ce long bandeau d’asphalte, ils les évitent au dernier moment d’un air de direpourquoi freinez-vous ? Gâchez pas notre hobbit, euh hobby 😉

Amis, famille, n’hésitez donc pas à lire et à laisser un commentaire ci-dessous (passé la pub)

 

 

7 Reacties op ““Allen die dwalen niet verloren gaan.” J.R.R. Tolkien”

  1. MERCI POUR CE VOYAGE ET RAPPEL DU MIEN EN L AN 2000 AVEC PLUS DE CONFORT CERTES ET EN NOVEMBRE….VERVOLG VAN GOEDE EN Bises PAPY
  2. Hello les voyageurs.. C’est bon de voyager un peu avec vousEt c’est tellement bien écrit
    Dankjewel… Veel liefde
  3. Wat een avontuur….que vous ne manquez pas et vous avez raisonProfitez en avant toutNous vous suivons tout le chemin qui vous mène .. Et gros bisous.
  4. On en profite tellement que l’écart entre nos aventures et nos comptes-rendus s’agrandit de nouveau ! 😀

    Merci à tous pour vos petits mots. 😎

Laat een antwoord achter

Uw e-mailadres wordt niet gepubliceerd. Verplichte velden zijn gemarkeerd *