« Des lieux de paix, des îles de bonheur, Où, transporté par les douces chimères, Je m’abandonne aux songes de mon cœur.  » Chateaubriand

Plage de corail

Nous sommes dans une partie du Queensland où deux patrimoines mondiaux se rencontrent : les Wetlands – zone humide – et la Grande Barrière de Corail, après une nuit près des étangs nous revoilà en bord d’océan pour une nuit à Carmila Beach, puis dans la ville d’Airlie Beach. Cette dernière est connue pour faire face au gigantesque archipel de plus de soixante-dix îles des Whitsunday. N’ayant pas le temps de toutes les explorer ou les moyens de nous offrir une croisière, nous roulons vers le Conway National Park pour une bonne marche sur le mont Rooper. A travers la forêt tropicale la vue s’ouvre d’abord sur Shute Harbour puis au sommet sur une partie des Whitsunday Islands.

25 mai | 15h18

Shute Harbour

25 mai | 14h45

Whitsunday Islands vues du Mont Rooper

Un peu plus loin, il y a une autre marche sympathique à faire – plus plate et plus courte – elle nous emmène sur Coral Beach qui mérite bien son nom : en plus des cailloux, le rivage est couvert de coraux séchés que les cyclones – fréquents dans la région – ramènent de la Grande Barrière de Corail.

25 mai | 16h10

Coral Beach

25 mai | 16h19

Coraux sur Coral Beach

Toujours plus au Nord, après la canne à sucre voilà les plantations de bananes – bananaaaa… référence ! 😉 – Bowen, Townsville, un coup d’œil sur Hinchinbrook Island et un détour par Mission Beach où mon petit Lonely Planet – merci maman 🙂 – dit que se trouve la plus grande population de casoars à casque, cousins de l’autruche. Nous avons la chance d’en apercevoir un au bord de la route, car nous apprenons plus tard que ce n’est pas donné à tout le monde ! Au centre d’informations – où à défaut j’ai capturé une statue de casoar en photo – un passionné nous explique que c’est une espèce menacée dont il ne reste que quelques centaines d’individus, il note consciencieusement l’heure et le lieu où nous en avons croisé un. Ils en ont recensés environ cinquante autour de Mission Beach et essayent de les suivre pour faciliter leur protection et la sensibilisation du public. Il nous montre également quelques une de ses photos et même une vidéo où il a pu observer une femelle pendant plus de trois minutes – temps estimé de leur apparition en dehors de la forêt tropicale.

27 mai | 13h10

Casoar

27 mai | 14h47

Patrimoine mondial

Nous reprenons la route jusqu’à Babinda, dernière aire gratuite avant Cairns où nous passons deux jours pluvieux – nous apprendrons plus tard que la ville est nommée la capitale de la pluie, il y a même un concours avec une ville voisine pour savoir laquelle a eu le plus de précipitations sur une année. 😮

29 mai | 7h36

Aire de Babinda

Si nous sommes restés deux jours sous la pluie c’est parce que nous avons décidés de travailler un peu dans la région, mais après un appel au National Harvest Information Service – 1800 062 332, le guide des récoltes à travers l’Australie, vous pouvez aussi télécharger le livret avec les régions, ce qui est cultivé et les périodes de récoltes  nous savons que la saison dans le nord du Queensland ne commence qu’à la mi-juin. En attendant nous décidons de réaliser notre première expérience HelpX. C’est un site Internet qui donne la possibilité de mettre en contact des hôtes avec des bénévoles. HelpX est l’abréviation de Help Exchange – littéralement échange d’aide : en échange d’environ quatre heures de travail par jour, le helper est hébergé et nourri. Il n’y a pas de contrat, c’est juste une entente, à chacun de faire sa part honnêtement. C’est ce que nous avons déjà fait en Tasmanie sans passer par le site. Notre profil mis à jour, nous envoyons quelques messages à différents hôtes. Si nous avons plusieurs réponses, nous avons aussi des invitations de personnes que nous n’avons pas contactées : c’est un couple installé à Bloomfield dans le nord du Queensland qui a notre préférence, les photos et le lieu ayant l’air prometteur ! Nous nous mettrons en route vendredi 29 mai au matin pour parcourir tranquillement les quelques cinq cents kilomètres qui nous séparent de nos futurs hôtes.

8 Comments on “« Des lieux de paix, des îles de bonheur, Où, transporté par les douces chimères, Je m’abandonne aux songes de mon cœur.  » Chateaubriand”

  1. Mais je l’écris tous les jours le roman (enfin toutes les semaines, enfin parfois une fois toutes les deux semaines !) 😀 Contente qu’il soit lu et apprécié !
  2. ENTRE DEUX VOYAGES …C EST A DIRE ENTRE PARIS ET BAYONNE J AI PU LIRE CE NOUVEAU CHAPITRE…BONNE CONTINUATION ET BISES
  3. Merci pour la suite des aventures.. Sais tu si HelpX existe en France, en Europe ? Si non, peut être à développer .. Bisous (chauds)
  4. Oui HelpX existe largement en Australie, Nouvelle-Zélande, Europe, Canada, USA et même dans plusieurs autres pays du monde. Sans t’inscrire tu peux visiter la liste des hôtes sur le site http://www.helpx.net
    Je pense continuer ces expériences même une fois rentrée en France ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *