Amsterdam

Les liens de cette page sont régulièrement vérifiés mais l’ensemble datant de 2012 certaines des informations rassemblées ici ne sont peut-être plus à jour ! 🙂

Sommaire

 

Y habiter

En camping-car
La police néerlandaise ne semble pas trop regardante durant les mois d’été, mais devient très stricte dès le mois de septembre. Dormir dans son véhicule est strictement interdit à Amsterdam par arrêté municipal (sont-ils aussi légaux que ceux de France ?), action assimilée à du camping sauvage. Un camping-car peut être garé la journée, mais dès que la nuit tombe, vous êtes passible de 140€ d’amende. Quid du camping-car uniquement stationné ?

Pour ceux que le camping ne rebute pas, nous avons passé trois jours dans le camping Zeeburg,  à l’est du centre-ville et au bord de l’eau (adresse : Zuider IJdijk 20, 1095 KN Amsterdam, téléphone : +31-20-694 44 30) dont le prix d’une nuit va de 15 euros hors saison à 28 euros l’été (2012), électricité et WI-FI compris.

En appartement
Les loyers ne sont pas donnés et beaucoup de colocations sont proposées. Le prix d’une chambre (en 2012) peut monter jusqu’à 800 euros par mois en plein centre. Les agences immobilières doivent évidemment être le dernier recours. Le bouche à oreille reste sans doute la meilleure solution (encore faut-il connaître du monde), sinon j’avais visité quelques sites :

Deux autres pistes que je n’ai pas explorées : pendant l’hiver, les locations sur la plage sont peut-être beaucoup moins chères ; il y a aussi des appartements qui sont loués pour de courtes durées et qu’il faut donc être prêt à quitter rapidement. Je n’en sais hélas pas plus.

 

Y stationner

C’est impossible ! Enfin si mais c’est très cher, jusqu’à 5 euros par heure dans le centre. Si vous venez pour quelques jours et que vous n’allez pas en camping (chez l’habitant, auberge de jeunesse, hôtel), le mieux à faire est d’aller dans un P + R (park ‘n’ ride), des parkings surveillés en périphérie de la ville qui coûtent aux alentours de 8 euros pour 24 heures (ils sont visibles sur le plan à télécharger ci-dessus), sachant que pour ce prix vous avez des titres de transports pour faire l’aller-retour en ville (et vu les tarifs des transports c’est plutôt une bonne chose !).

Autre solution, se garer au nord où il y a plus de places gratuites, de l’autre côté de l’Ij et prendre les navettes maritimes gratuites qui relient régulièrement les deux côtés d’Amsterdam.

Restent également les villes voisines comme Amstelveen, Diemen ou Oudekerke, où les zones de parking gratuites sont plus nombreuses, sachant que tram, métro et bus les relient à la capitale.

 

Y travailler

SOFI-nummer (tax number)
C’est l’équivalent de notre numéro de sécurité sociale qu’il vous faudra obtenir avant tout, rien de plus simple… une fois que l’on sait où aller ! Au Belastingdienst, autrement dit aux impôts, seulement ils ne donnent plus de rendez-vous à la réception mais une feuille vous indiquant la marche à suivre en néerlandais et en anglais :

« Do you want an original proof of your sofinumber ? You have to make an appointment by telephone 0800-0543 first option 3, option 3 and ask if they can put you through to the department sofinumbers (« ik spreek geen nederlands, kunt u mij doorverbinden met de afdeling sofinummers, please ? ») »

Ce texte date de 2012, les choses peuvent changer (le numéro de téléphone où prendre le rendez-vous par exemple) ! Sinon le jour de votre rendez-vous, pédalez ou prenez un transport en commun (avec votre passeport) vers la gare de Sloterdijk, le bâtiment des impôts est tout prêt sur Kingsfordweg 1, 1043 GN Amsterdam. Vous aurez une fiche à remplir (nom, prénom, adresse en France, adresse aux Pays-Bas, nom de l’employeur si vous en avez déjà un, etc.) et en moins de dix minutes vous aurez le droit à un joli numéro. Numéro qui officiellement n’est valable que pour quatre mois de travail. Au-delà, il faut s’enregistrer dans le pays et je ne saurais vous en dire plus à ce sujet puisque nous ne l’avons pas fait. Surtout que tout ça n’est pas tant surveillé et qu’avec le SOFI-nummer vous pouvez déjà travailler partout aux Pays-Bas bien plus de quatre mois (dixit la dame du Belastingdienst)…

Recherches
Vous avez votre numéro ? Bien il faut trouver du travail maintenant !

Si vous ne parlez pas néerlandais, mais que vous parlez anglais et avez des connaissances poussées dans un domaine vous avez plus de chance de trouver un travail (coiffeur, cuisinier, etc.), sinon ils demandent souvent « fluent dutch » ! Il y a parfois des restaurants français qui cherchent des serveurs avec juste des notions de néerlandais (et de l’anglais).

Pas de connaissances spécialisées et un peu d’anglais, il y a deux pistes à suivre, celle dont j’ai fait l’expérience : baby-sitting et nanny pour famille expatriées. Beaucoup d’annonces sur leforum.nl encore une fois (surtout à la rentrée scolaire !), mais aussi ce site : Nanny for Expats (téléphone : +31 6 556 95 482) qui peut peut-être déboucher quelque part.

La dernière piste, ce sont les call-center, sur Amsterdam j’avais repéré IpsosSynovate(adresse : Koningin Wilhelminaplein 2-4, téléphone : +3120-5899606).

Quelques autres sites où parler français peut être intéressant :

Ne parler que français reste handicapant, l’anglais est assurément un atout supplémentaire (j’allais par exemple chercher des enfants français à l’école internationale et les gens y travaillant parlent néerlandais et anglais). Et si vous souhaitez apprendre le néerlandais, je vous conseille ce site NLfacile.com grâce auquel (en plus de Ronald bien sûr) j’ai aujourd’hui quelques bonnes notions ! Écoutez la radio, lisez le journal, sortez !

Téléphone et transports
Avant de vous lancer dans les recherches, pensez à vous munir d’un téléphone néerlandais, le français peut fonctionner mais il vous coûtera des sous et le fait d’avoir un téléphone local ne peut que montrer votre motivation ! Il y a, par exemple au Mediamarkt (sorte de croisement entre Darty et la Fnac), des téléphones prepaid pour 10 ou 15 euros. Ensuite les recharges s’achètent dans les supermarchés (Albert Heijn par exemple).

Il vous faudra aussi un moyen pour vous déplacer parce que la voiture dans Amsterdam… il vaut mieux ne pas essayer ! Si vous pensez rester au minimum un mois, n’hésitez pas, achetez un vélo. C’est le mode de transport le plus simple, le plus usité et le moins cher sur la durée. Parce que bizarrement, bien qu’il y ait plus de vélos aux Pays-Bas que d’habitants, ils restent assez chers à l’achat. Au minimum 200 euros neufs, mais je vous arrête tout de suite, acheter un vélo neuf à Amsterdam c’est de la folie pure car les vols sont extrêmement fréquents. Alors tant pis pour la tête du vélo mais achetez le d’occasion et investissez plutôt dans un très bon antivol (comme ceux utilisés en France pour les motos, si, si !). Deux adresse que l’on m’a conseillée :

  • Recycled Bicycles – adresse : Spuistraat 84 – A, téléphone : +316 54 68 14 29
  • Vera’s Rijwielhandel – adresse : De Boelelaan 1117

Pensez aussi à leforum.nl, le bouche à oreille et ce site : Marktplaats (annonces en néerlandais, mais méfiez-vous des vélos en dessous de 80 euros, ils sont sûrement volés !). Je pense que le mieux reste la boutique d’occasion, les vélos sont numérotés ce qui donne une chance à la police (qui ramasse des dizaines de vélos par jour) de retrouver le vôtre si jamais il est volé un jour.

Sinon quelques informations sur les transports en commun (en 2012). Vous pouvez acheter les tickets à certains arrêts et aux gares, dans les trams ou les bus (pas dans le métro) ou au centre d’informations du GVB (à la gare centrale).
Le ticket le plus simple est valable pour une heure de transport et coûte 2,70€. Autant dire que si vous êtes parti pour plusieurs heures et/ou plusieurs trajets, prenez directement le ticket 24h à 7,50€. Ces tickets vont jusqu’à 96h (4 jours) à 20,5€ quand vous les prenez dans le tram ou aux petites stations. Et jusqu’à sept jours si vous allez dans un centre GVB (30 euros).
Il existe une carte au kilomètres, elle coûte 7,5€ de base puis vous pouvez la recharger.
Si vous prévoyez de rester un mois ou un an, il y a des cartes pour 80 euros le mois et 700 ou 800 euros l’année, elles restent les plus avantageuses. Il faut par contre une adresse sur Amsterdam où est envoyé la carte et fournir des photos d’identité. Elle ne peut donc pas être prêtée !
Et n’essayez pas trop de jouer les resquilleurs, il y a des contrôleurs bien visibles dans leurs uniformes, mais aussi d’autres en civil qui entrent l’air de rien et hop sortent leur machine d’une sacoche pour vous tomber dessus !

Banque
Puisque je suis toujours sous le chapitre « Y travailler », il me semble que quelques mots sur nos recherches « bancaires » ne seront pas mal venus. Ce n’est pas tout de travailler, il faut avoir un endroit où récupérer les sous !

ABN-Amro et Rabobank sont les deux banques qui sortent du lot, semblant avoir le plus de clients satisfaits. ABN-Amro a un tarif plus que raisonnable (2,75€ par mois avec quasiment tous les services de base inclus et la carte bleue) et même un service pour les expatriés. Fait notable, leur site est disponible en anglais, ce qui n’est pas le cas de toutes les banques.

 

Y sortir

Alors vous êtes installés, vous avez un vélo, un travail… et si on jouait au touriste ? Bien que chaque rue d’Amsterdam soit un plaisir gratuit pour les yeux, il y a également toute une tripotée de musées. Certains à 2 ou 3 euros l’entrée, d’autres à 10 ou 20…

Il y a la fameuse carte IAMSTERDAM , qui semble assez intéressante (transports en commun et croisière sur les canaux gratuits, entrées gratuites dans un bon nombre de musées, et plusieurs réductions sur des restaurants et autres lieux touristiques), si vous êtes en mode touriste à fond (24 heures – 40,00 €, 48 heures – 50,00 €, 72 heures – 60,00 €). Mais j’ai dégoté une autre carte qui ouvre la porte de 34 musées sur Amsterdam (et plus de 350 autres dans tous les Pays-Bas) pendant un an pour 45 euros (elle peut être acheté dans l’un des musées concernés… A vous de choisir selon vos envies !

Pour les sorties nocturnes, mon avis est évidemment subjectif !

  • The Last Waterhole (adresse : Korte Leidsedwarsstraat 49,1017 PW Amsterdam), happy hour de 14h à 21h (3€ la pinte), live rock tous les soirs, billard illimité de 14h à 20h pour 5€ par mois…
  • Susie’s Saloon (adresse : O.Z.Voorburgwal 254, 1012 GK Amsterdam), happy hour de 15h30 à 18h30 (3€ la pinte) que vous pourrez savourer au bord du canal (si le soleil est de la partie) ou à l’intérieur où la musique est toujours excellente ! Billard et jeu de fléchette… Enfin la dernière fois il ne restait plus qu’une fléchette !
  • PoolCafe de Vijzel (adresse : Vijzelstraat 37, 1017 HD Amsterdam), blues, rock, métal… staff sympa et billard à l’étage.

 

Spécial baroudeur

Douche
Comme vous le savez si vous avez lu l’article sur nos douches à Amsterdam, il ne reste qu’un seul bain public dans toute la ville : le Badhuis & Sauna Da Costa (adresse : da Costakade 200, téléphone : +3120 612 59 46). 1,5€ pour une demi-heure de douche (2,5€ le bain pour une heure, 0,5€ une serviette de prêt), un véritable luxe, surtout que si elles sont toutes prises, on vous offre le café en attendant !

Ouvert le mardi et jeudi de 12h à 18h30, le samedi de 10h à 16h30.

Eau
Il y en a partout me direz-vous ! Mais nous n’avons trouvé que deux fontaines, inaccessibles pour remplir une cuve de camping-car puisque sur deux places en plein centre (Leidseplein et Museumplein). Le plus simple est de se rendre dans une station service (avec un robinet !) et de demander gentiment (c’est encore mieux si vous prenez un peu d’essence), ils ne nous ont jamais dit non.

Gaz
Ah le gaz, plusieurs recherches ont été nécessaires avant de trouver l’Eldorado ! Je suis d’abord tombé sur des prix à vous dresser les cheveux sur la tête, puis finalement :

Vos Olie & Gas BV
Gasdepot Amsterdam
Butaanweg 3
1041 AH Amsterdam (Westelijk Havengebied)
Télephone : +3120-4480861

Suivant la bouteille que vous avez, ils la remplissent ou vous l’échangent (quoi qu’il n’y a pas de consigne ici). Et surtout, nous en avons trouvée qui s’adapte au branchement français ! Les gars étaient très sympas et la bouteille coûtait 30 euros (en septembre 2012).

Laverie
Il doit y en avoir une ribambelle, mais juste parce que là où nous sommes allés ils étaient sympas et que ce n’était pas trop cher (5,5€ lavage et séchage, contre un peu plus de 7€ d’habitude en France) :

Clean Wassalon Stomerij
Rijnstraat 20
1078 RB Amsterdam

Sinon, le site Yelp semble être un bon moteur de recherches.

Vidange
Je ne saurais que vous conseiller ce site qui recense les aires et parking des Pays-Bas. Contrairement à la France, il semble que les aires de service gratuites ne soient pas d’actualités !

Les deux plus proches d’Amsterdam (environ une demi-heure de route) sont :

  • Au sud d’Amsterdam
    Kaagweg 50
    Het Holland Midden
    A la ferme chez Jasper Roubos
    2157 LH ABBENES (Noord-Holland)
  • Au nord d’Amsterdam
    Strandweg
    Marinapark
    1131 VOLENDAM (Noord-Holland)

WI-FI
Beaucoup de cafés et bars ont le wi-fi. Mon endroit favori a été le Starbucks sur Rembrandtplein, prise de courant, wi-fi et bons frappuccinos !

 

Voilà, tout ce que j’ai jugé bon de partager ! Les commentaires sont ouverts, que ce soit pour partager vos informations ou poser des questions !

Commentaires (10)

  1. Georges
    Et les retraités, comment sont-ils traités ? ! Aussi bien qu’en France ? Bonne journée et bises de Papy.
  2. Marc
    Super une fois de plus .. J’attendais un commentaire sur le quartier rouge. Existe t-il toujours, êtes vous allé seulement ?

    Sinon, je pense que tu devrais mettre le lien de cet article sur les blogs francophone que tu sites ici. Car ton article est une petite mine d’or pour qui s’aventurerait quelques mois du coté d’Amsterdam. Tu l’as peut être déjà fait d’ailleurs 🙂

    Est ce que le SOFI number est attribué à vie ? Et quelle est la carence pour faire de nouveau 4 mois en toute légalité ?

    Bisous

  3. Claire (Auteur de l'article)
    Ils ont l’air en tout cas, pour ceux que j’ai vu ! Beaucoup vont et viennent en France… en camping-car ! 😉
  4. Claire (Auteur de l'article)
    Le quartier rouge (Red Light District) fait partie intégrante d’Amsterdam, puisqu’il s’étend dans les rues principales du centre-ville. C’est le quartier le plus agréable avec les bons bars et restos, sur lequel tu tombes souvent sans le vouloir (à cause ou grâce à la disposition des rues en demi-cercle) et « oh bonjour madame ! »
    J’ai lu deux, trois articles sur la question, et je crois que n’importe quelle fille préfèrerait travailler ici plutôt que dans les rues d’autres pays. Bien sûr il y a encore du trafic d’humain, mais beaucoup moins du fait que ce soit encadré. Elles se sentent plus en sécurité (beaucoup moins de violence ou de meurtre, un article en évoquait moins de deux par an, ce qui était une baisse caractéristique), sont libres de refuser un client… c’est un métier à part entière.
    Quant aux vitrines, un écrivain (Amsterdam… The Essence, David Beckett) a interviewé une ancienne fille, qui a fini par lui proposer de passer une nuit dedans : à lire ici en anglais ! C’est tiré d’un très bon journal (AmsterDO) qui se trouve là-bas dans différents lieux, ils ont commencé en juin je crois, c’est gratuit et en anglais donc, avec beaucoup d’articles fort intéressants (top 5 sur un sujet, textes d’expatriés, article sur le passé de Dam, sur une rue en particulier, etc.).

    Oui le SOFI number est attribué à vie. Au-delà, je pense qu’il faut s’inscrire dans le pays et donc avoir une adresse bien à toi (nous avons voulu faire cette démarche en premier, en donnant l’adresse d’un cousin, mais s’il déclarait qu’il nous logeait, les taxes allaient augmenter pour lui !).

  5. Marc
    Ok, merci pour les détails. Et coté coffee shops.. est ce seulement dans le quartier rouge ou partout ?!
  6. Claire (Auteur de l'article)
    Partout… dans les Pays-Bas, il n’y en a pas qu’à Amsterdam. Là encore l’ouverture d’esprit des Néerlandais rend la chose plus saine. Bien que 40% du tourisme à Amsterdam soit axé cannabis, moins de 10% de locaux fument en réalité ! Non ce n’est pas un peuple de drogués, le fait de séparer drogue dure de drogue douce et de tolérer le cannabis est finalement plus intelligent je crois. 🙂
  7. Marc
    C’est mon avis aussi ..
  8. Jean-Luc
    Dans les commentaires que vous avez reçus, Claire, je lis « Cet article est une mine d’or ». Je m’associe à ce commentaire pour vous dire que cet article est extrêmement complet et précieux. Difficile de faire mieux, d’autant que vous continuez à nous donner des détails dans vos échanges de mails qui suivent. Merci et très bon séjour ! Amicalement.
  9. Pingback: Police et camping-car à Amsterdam | Carnets de Routards

  10. Pingback: Installation à Amsterdam en camping-car | Carnets de Routards

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *