« Qui vit en paix avec lui-même vit en paix avec l’univers. » Marc-Aurèle

Photo montagnes Thaïlande

Vendredi matin à 7h30, nous avons le droit au luxe de la navette de ramassage devant la porte de la guest house qui nous amène à travers le trafic déjà dense de Chiang Mai jusqu’à l’Arcade Bus Station où un autre mini-bus embarque nos bagages sur le toit et une quinzaine de passagers pour trois heures de route. La nature reprend doucement ses droits et les fermes se substituent au béton, lorsque nous attaquons la montagne je me souviens avoir lu qu’il y aurait 729 virages entre Chiang Mai et Pai. Nous ne les avons pas comptés mais profitons des panoramas verdoyants.

A peine débarqués au terminal des bus à Pai, nous rembarquons dans un songthaew moderne – 60B par personne, négocié à 100B (~2,6€) pour deux – qui nous dépose au KK Hut. Notre nouvelle maison, un peu à l’écart du centre-ville : une hutte en bois dans la verdure avec vue sur les montagnes. Rudimentaire mais confortable et l’accueil est parfait : petit-déjeuner gratuit jusqu’à onze heures, réduction si l’on reste une nuit de plus, une grande bouteille d’eau fraîche offerte dès l’arrivée. Pendant que Monsieur fait la sieste je termine la rédaction de l’article sur Chiang Mai et nous attendons que la chaleur retombe pour quitter l’abri du ventilateur. Si Pai était un village tranquille, il s’est agrandi pour uniquement accueillir toujours plus de touristes, il y a sûrement plus de bâtiments d’hébergements que d’habitations. Mais l’ensemble est bien arrangé et le calme ambiant autour du centre-ville donne l’impression de se balader dans un actuel hameau thaï. Nous traversons la rivière éponyme sur un pont de bambou, entourée de constructions en bois où brillent plusieurs lampions. Avec le moulin à eau qui tourne à côté, il y a un petit côté féérique. Puis soudainement nous voilà plongés dans des ruelles propres mais remplies de touristes blancs circulant entre les stands d’artisanat, souvenirs, nourriture et musiciens. Après en avoir fait plus ou moins le tour nous nous installons à la terrasse d’un petit restaurant pour observer l’activité de la ville en dégustant un Khao Soi – plat typique du nord : soupe de curry vert avec du lait de coco, nouilles aux œufs bouillies et d’autres frites, légumes et viande – pour l’une et un Phad Priew Whan – porc, ananas, légumes en sauce tomate –  pour l’autre.

15 novembre | 21h53

Avant d'entrer dans Pai

13 novembre | 20h00

Khao Soi, plat typique du nord

Retour dans les rues, un roti banane-chocolat-lait concentré en mains, nous revenons sur nos pas pour s’installer à un bar repéré plus tôt faisant le cocktail Maitai goûté hier – rhum ambré et blanc, jus d’orange, citron vert, ananas et grenadine ; il n’est pas du tout Thaï puisque probablement inventé aux États-Unis – assis avec quatre locaux, nous engageons la conversation avec eux. Enfin surtout avec la jeune vendeuse de brochettes juste à côté qui parle anglais et traduit pour les autres, spécialement l’un d’eux, Fran très enthousiaste mais avec peu d’anglais, nos sept mots de thaï ne tenant pas la conversation. Nous en apprenons un huitième avant que je n’abandonne Monsieur à leurs bons soins pour retourner à notre hutte, appréciant la marche sous les étoiles – que je dois voir pour la première fois depuis notre arrivée en Thaïlande.

13 novembre | 20h43

Ronald dans un bar de Pai

13 novembre | 18h58

Jack Sparrow à Pai ?

Malgré le bar Circus non loin et les coqs qui décident qu’il fait jour en pleine nuit, nous dormons très bien. Ce que je réponds à la jeune femme de l’accueil qui s’en inquiète à notre réveil, le petit-déjeuner : œufs, toast et boisson – je teste le thé thaï – est servi sur une terrasse en bambou et nous discutons avec d’autres backpackers.

14 novembre | 16h09

Pai canyon

14 novembre | 16h58

Campagne autour de Pai

Nous retournons à pieds en ville pour louer un scooter – 100B (~2,6€) – qui semble en sursis mais nous sert fidèlement pour d’abord nous emmener à quelques kilomètres au sud sur le canyon de Pai, puis nous roulons à travers la campagne, charmés par certains panoramas. Moins charmants sont les éléphants que nous croisons au bord de la route, enchaînés dans l’attente du bon vouloir des touristes – plus d’informations sur le dressage des éléphants et le parfois mortel rituel « phajaan » par ici.

Au nord-ouest de la ville, après avoir traversé le village de Lisu, nous prenons de la hauteur jusqu’aux chutes d’eau de Mor Paeng où nous aurions pu nous baigner s’il ne faisait pas si frais à l’ombre de cette fin d’après-midi.

14 novembre | 17h18

Mor Paeng Waterfall

14 novembre | 21h48

Jam Session

Retour à la hutte pour une douche et c’est à pieds que nous replongeons dans les ruelles de Pai, ayant décidé de nous arrêter à chaque étal proposant quelque chose que nous n’avons pas encore goûté. Brochette de poulet en sauce sucrée, rouleau de printemps frit aux légumes, salade de nouilles dont la coriandre n’atténue pas assez le piment et le petit plat dans sa feuille de palmier termine en offrande, banh bao à la purée de haricot noir – petit pain chinois cuit à la vapeur – purée de pommes de terre et coco, chips de maïs fourrées avec des petits bouts de saucisses, rouleau de printemps frit à la banane, roti classique – oui nous avons triché pour celui-ci, déjà goûté ! 😉 – roti frit et croustillant, biscuit au sésame. Ce ne sont que des petites bouchées à dix bahts par ci par là et nous remplir l’estomac nous revient au même prix qu’un plat de base – 70/90B (~2€).

14 novembre | 19h56

Jeunes musiciens à Pai

14 novembre | 22h45

Ronald à l'Easy Garden

Hier soir Monsieur a rencontré un guitariste qui l’a informé d’un open mic ce soir au Easy Garden Bar. Nous trouvons l’endroit dans une rue perpendiculaire à l’artère piétonne et nous installons pour un mojito et quelques chansons.

15 novembre | 13h08

Bouddha du Wat Mae Yen

15 novembre | 13h24

Ouvriers au Wat Mae Yen

Nous avons décidé de passer une journée de plus ici et dimanche matin nous réservons une navette retour qui nous redescendra à Chiang Mai le lundi 16 à midi. En attendant nous profitons de nos dernières heures de location du scooter pour aller visiter le Wat Phrathat Mae Yen et son gigantesque bouddha blanc visible depuis la ville. Le lieu est reposant et nous restons un instant à l’ombre des arbres, aux pieds du bouddha, appréciant également la vue en hauteur sur Pai.

15 novembre | 14h05

Santichon sur la gauche, le bouddha blanc au loin

15 novembre | 14h12

Cultures en Thaïlande

Une dernière virée nous fait traverser Santichon, un village chinois, pour grimper au point de vue de Yun Lai. S’ils demandent 20B (~0,50€) à l’entrée, ils offrent thé et banane que l’on déguste avec un petit pain frit trempé dans du lait concentré en admirant la vallée.
Nous ramenons le scooter qui aura survécu ces vingt-quatre heures et goûtons finalement un jus de coco à même la noix en retournant à la hutte. Une dernière soirée tranquille avec salade d’avocats dont la saison vient de commencer, tempura aux légumes et un verre dans un bar live où l’ami guitariste se produit de nouveau.

15 novembre | 16h49

Vue depuis la hutte

15 novembre | 16h49

KK Hut

Pour dix bahts de moins qu’à l’aller, la navette retour jusqu’à Chiang Mai est plus confortable. S’il faut environ deux heures et demi pour redescendre des montagnes, il faut presque une heure pour traverser la périphérie de la ville. Le conducteur nous dépose au mur Est de la vieille ville et nous marchons jusqu’au nord, découvrant en chemin de nouveaux temples et monuments – celui des Trois Rois et le Wat Chiang Man, désolée pas de photo.
Des écoliers nous indiquent notre guest house après l’avoir cherché sur Internet et nous rattrapent pour nous proposer de nous y amener en scooter – tout ça par gestes car ils ne parlent pas anglais – nous déclinons en souriant car nous ne sommes plus qu’à deux pas.

Trois cent bahts plus tard nous sommes dans une chambre un peu usée avec salle de bain privée un peu humide mais nous apprécions d’être allongés sous le ventilateur après une bonne douche, ce n’est plus la même température qu’à Pai ! Nous ne ressortons que pour traverser la vieille ville en direction du sud, jusqu’à la maison d’hôtes où nous étions il y a trois jours pour récupérer le chapeau de Ronald que nous avions oublié dans le mini-bus pour Pai – merci à KK Hut et Huen Samila d’avoir retrouvé le bon chauffeur ! Nous grignotons dans un food court et rentrons à l’auberge, nous avons encore du trajet à faire demain !

Eh oui, le chapeau ne fait pas le voyageur ; même sans moi ce bon vieux couvre-chef se trimbale à travers l’ancien royaume de Siam.

J’ai bien ri avec ces Thaï que je ne comprenais que lorsqu’ils me posaient une question (et il y en avait beaucoup !), le reste du temps ils devaient se foutre de ma gueule 😉
Malgré les touristes, Pai est mon escale préférée ; bonne température, campagne, fiesta !
J’avoue que j’aime beaucoup la gastronomie Thaï, qui n’a rien a voir avec l’asiatique de Cannes-la-Bocca quand même.

Nous apprenons que la France, pays des Lumières et des droits de l’Homme, se referme, se fait peur, veut supprimer des droits et changer la constitution… Ah oui et est en guerre, on se demande si on veut bien rentrer ! Bon c’est sûr, il y a des films récents dans l’avion… OK on rentre alors 🙂

7 Comments on “« Qui vit en paix avec lui-même vit en paix avec l’univers. » Marc-Aurèle”

  1. La gastronomie thaie n’est pas comparable à celle des restos thais en France… Vous me rappelez ma randonnée de 10 jours dans le triangle d’or depuis chiang mai et à travers les frontières avec le Laos et la Birmanie, mes nuits dans des cabanes sur pilotis, et, ma baignade dans la rivière Kwai célébre pour son histoire dont un film… Ah le doux parfum thai….
  2. Ravis de te rappeler des bons souvenirs. Nous avons failli aller à Kanchanaburi voir le pont de la rivière Kwai, mais ce n’est pas le même que dans le film haha !
  3. Merci pour cette escapade là aussi. Moi aussi j’ai bien aimé. Le bouddha blanc est magnifique !
    Sinon, ils roulent à droite ou à gauche ? Je n’ai pas compris de quel côté votre scooter allait 😉.

    L’homme au chapeau, sans ce dernier, n’est plus l’homme au chapeau (d’ailleurs on a du mal à le reconnaître sur les photos 😆). M’étonne pas qu’ils se soient retrouvés…

    Bisous

  4. Ils roulent à gauche bien sûr, pourquoi ? Y a-t-il des gens qui roulent à droite ? Quelle drôle d’idée ! 😀 Enfin ils roulent surtout n’importe comment !
  5. A se demander si ce n’est pas propre à l’Asie. Mais comme ils roulent moins vite (c’est le cas en Inde), ça passe mieux, l’évitement est moins périlleux 😆

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *