“Même la gloire du fleuve s’achève à la mer.” Proverbe russe

Vendredi 7 août au matin nous terminons nos derniers fruits mais devons nous séparer des gousses d’ail restantes à la frontière, l’Australie Occidentale n’acceptant pas l’importation de fruits et légumes frais ni miel, poisson, noix… À peine de retour dans l’État natal de Ronald nous quittons la Victoria Highway pour un joli détour de trente kilomètres jusqu’au plus grand lac de l’hémisphère sud fait par l’Homme. Les eaux du lac Argyle, demeure de plusieurs milliers d’animaux, sont retenues par le barrage Ord River construit en 1973, dont la station hydro-électrique fournit depuis 1996 les villes de Wyndham et Kununurra.

7 août | 13h26

Ord River Dam

7 août | 13h33

Station hydro-électrique

Dans cette dernière nous nous arrêtons pour quelques courses et un ultime tour au Centre des Transports pour moi ; juste le temps d’avoir envie de s’arracher les cheveux : je pourrais passer le test de conduite après avoir trouvé pas moins de cinq papiers officiels prouvant mon identité, rempli trois formulaires et régler des frais de transfert que je n’ai pas eu dans le Territoire du Nord. Mais j’apprends alors que l’Australie Occidentale est le seul État qui ne donne pas le permis après le test de conduite, il faut encore attendre six mois et passer un troisième examen sur ordinateur… Je ne sais pas encore où je serai en février 2016 mais probablement pas en Australie. Enfin merci pour les informations et la surprise en regardant la pendule du Département des Transports de voir que notre journée vient de se rallonger d’une heure et demie : nous avons changé de zone, plus que six heures de différence avec la France. 😉

8 août | 10h54

Au-dessus de Wyndham

8 août | 10h55

Point de vue des cinq fleuves

Puisque nous avons du rab pour faire les touristes, nous dédaignons le petit parc national de Mirima qui demande douze dollars pour y entrer et faisons un tour au point de vue de Kelly’s Knob pour un aperçu en hauteur de Kununurra, rien de sensationnel. Nous quittons la ville et roulons jusqu’à la jonction des grandes routes de Victoria et Great Northern, où nous laissons derrière nous l’aire de repos un peu trop remplie à notre goût. Direction Wyndham, nous quittons la route principale pour faire quelques kilomètres sur la Gibb River Road, non pas que nous allons faire les plus de cinq cents kilomètres de piste qui traversent la région des Kimberley mais juste pour trouver un endroit tranquille pour la nuit. Tranquille jusqu’aux alentours de vingt-trois heures où nous sommes réveillés par un fermier très poli qui explique navré que nous ne pouvons pas rester là, une histoire de vaches enfuies, de leurre ou piège que nous n’avons pas entièrement compris dans notre demi-sommeil. Tout le monde s’excuse et il nous indique un endroit un peu plus loin, toujours sur ses terres où nous pourrons passer la nuit sans souci.

8 août | 10h57

Five Rivers Lookout

8 août | 11h03

Intérieur des terres

Avec le changement d’heure nous sommes debout le lendemain à six heures et en profitons pour visiter Wyndham de bonne heure : la ville morte n’a guère d’intérêt si ce n’est son point de vue des Five Rivers à trois cent trente mètres d’altitude, qui offre l’un de ces panoramas à vous couper le souffle : le golfe de Cambridge et ses cinq fleuves : King, Ord, Durack, Forrest, Pentacost. La route ne va pas plus loin que Wyndham et nous reprenons la direction du Sud avec un arrêt au trou d’eau de Grotto dont nous descendons les cent trente marches pour profiter du lieu seuls pendant un moment. L’arrivée d’autres touristes nous relance sur la route au milieu d’un paysage rocailleux sous des températures entre trente et trente-cinq degrés.

8 août | 11h42

Pas de cyclone en vue !

8 août | 12h32

Ronald au point d'eau de Grotto

Après Halls Creek, le décor change doucement, les rochers devenant de simples petits cailloux qui par endroit s’étendent sur plusieurs mètres carré sans un brin d’herbe, donnant un aspect désertique au plat paysage. Après tout le Great Sandy Desert n’est pas loin, plus au sud. Mais il y aussi une nouveauté dans la rare végétation, un arbre que nous avons aperçu à Katherine mais qui se fait plus présent dans les Kimberley dont il est emblématique : le boab. Raccourci probable du nom baobab, c’est l’espèce australienne du genre Adansonia, vraisemblablement arrivé par les eaux il y a 190 millions d’années depuis l’île de Madagascar qui en possède six espèces différentes, une autre bien connue se trouvant en Afrique.

10 août | 16h45

TS à Derby

10 août | 16h38

Arbre-prison près de Derby

Nous faisons un détour par la première ville établie dans les Kimberley en 1883 : Derby et ses cinq milles habitants, connue pour son énorme boab autrefois utilisé comme arbre-prison. Nous y retrouvons également l’Océan et la fin – ou le début, tout dépend du point de vue ! – de la Gibb River Road qui a rejoint notre bucket list – liste des choses à faire avant de mourir.

Le mardi 11 août nous mettons roues et pieds sur la côte Ouest de l’Australie en arrivant dans la ville de Broome avec ses perles – exploitées depuis les environs des années 1880 – et ses quinze milles cinq cent habitants. Nous effectuons notre petit rituel citadin : ramasser les brochures touristiques gratuites au centre d’informations, leur demander où sont les points Wi-Fi gratuits lorsqu’il y en a, se rendre à ce point Wi-Fi – la bibliothèque en l’occurrence, faire le plein à la station la moins chère, quelques courses à Coles puis visiter le reste des lieux ! Nous admirons un moment les eaux turquoises dans la baie de Roebuck et rencontrons sur le parking de la plage Iris, John et leur amie Scuppers, l’oie toulousaine sauvée du gavage, qui voyagent en van lorsqu’ils ne s’occupent pas de leur navire de 1939 et tentent de sensibiliser les gens aux dangers qui menacent la Grande Barrière de Corail.

14 août | 17h05

Montagne de sel à Port Hedland

14 août | 17h04

Looong train à Port Hedland

Nous passons la nuit trente-cinq kilomètres au nord de Broome sur l’aire de Willie Creek située au bout d’une piste. Le lendemain nous venons en aide à deux français et leur van ensablé, discutant ensuite avec eux jusqu’en début d’après-midi. Ils sont depuis plusieurs mois sur Broome et nous indiquent les douches gratuites de la ville à Cable Beach où nous ne manquons pas de faire un tour avant de quitter le coin pour commencer notre descente de la côte Ouest. Les plus de cinq cents kilomètres entre Broome et Port Hedland sont assez monotones mais nos soirs et matins sont occupés par une chasse à ce que nous pensons être des termites qui ont élu domicile dans la tente ! Aussi grosses qu’une phalange de doigt, nous les repérons à leurs bruits, il nous faudra quelques jours pour nous en débarrasser.

La seconde anecdote sur ce tronçon de route est notre arrêt à Pardoo Roadhouse qui justifie les dix dollars de son sac de 5 kilos de glace par le fait qu’ils sont dans une zone éloignée, sous entendu loin de la civilisation et des approvisionnements… Port Hedland est à un peu plus de cent kilomètres, nous sommes sur une des routes principales de l’État, même au beau milieu du pays, sur une piste de terre et à des centaines de kilomètres d’un supermarché nous avons trouvé de la glace moins chère ! L’achat de glaçons attend notre arrivée dans la ville minière de Port Hedland où nous faisons également quelques courses dans le centre commercial de South Hedland et utilisons le Wi-Fi du MacDonald… Toutes les caractéristiques d’une région lointaine et sauvage ! 😀

Mon ail à 19,56$AUSD le kilo, putain ! Euh … I mean fuck !! Bon, ils n’ont pas trouvé les trois kilos de cocaïne, pfffiou … J’ai eu chaud !

J’ai eu chaud autour du lac Argyle aussi, qui tient son nom d’une ancienne « homestead » de fermiers-settlers, qui aurait été engloutie (enfin sur une période de deux ans !), si l’on n’avait pas reconstitué brique par brique ce ranch australien en dehors du futur (énorme) plan d’eau.

Stations d’élevage de bétail perdues au milieu de nulle part dans les années 1870, c’étaient des pionniers (après les prisonniers!) qui menaient une dure vie (hommes et femmes (des fois seules)) dans une rude contrée, ben vous savez quoi … La famille s’appelait McDonalds 🙂

Il y avait tout de même une montagne de sel dans le port (d’Hedland), c’est pas rien !

Putain de termites ! I mean … fuckin termites !!!

C’était le Modéré de Ronald 😉

Commentaires (10)

  1. Claudy
    merci encore une fois de nous faire découvrir ce beau pays et de nous partager avec cette belle faconde votre « trip » bisous de Cannes
  2. Claire (Auteur de l'article)
    C’est toujours un plaisir ! Merci de nous lire. 😉
  3. Martine
    Aujourd’hui c’est le 1er octobre! Bientôt nos retrouvailles! C’est toujours un plaisir de vous lire ;D
  4. Claire (Auteur de l'article)
    Oui, vivement Noël ! 🙂
  5. Uncle Marc
    C’est fou cette histoire d’ail .. des vampires quelque part coté occidental ?! qui craindraient pour leur santé. Si c’est le cas, peut on en déduire que les vampires ne craignent pas la coke ?! 🙂

    Le sel .. c’est pour la neige peut être ??!! Ou bien Ron .. ce n’était pas du sel 😉

    Fatiguant cet article car nous avons fait pas loin de 2000 kilomètres 😉

    Enjoy and take care

  6. Claire (Auteur de l'article)
    Ce n’est pas que l’ail mais tous fruits et légumes frais. Les agriculteurs de Tasmanie et d’Australie Occidentale ont des cultures qui sont encore à l’abri de certaines maladies existants dans les autres États.
    Merci pour le calcul des kilomètres, nous nous sommes habitués aux grandes distances, ça va faire bizarre de rouler en France… Oh nous sommes déjà arrivés ! 😀
  7. Uncle Marc
    Les rond points vont vous occuper sur nos courtes distances 😉
  8. Claire (Auteur de l'article)
    S’agit surtout de les prendre dans le bon sens !
  9. Adrien Raymonde
    Non seulement le parcours nous intéresse mais alors les commentaires, quels qu’ils soient, « un régal ». Bonne continuation nous sommes toujours derrière vous. Bisous
  10. Claire (Auteur de l'article)
    Nous en avons du monde derrière nous… Tiens c’est peut-être pour ça que nous dépensons autant de dollars en diesel ! 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *