« Le sel de l’existence est essentiellement dans le poivre qu’on y met. » Alphonse Allais

Jeudi 8 février, dernière matinée et petit-déjeuner à Otres Beach II, nous rendons les clés de la chambre aux alentours de onze heures et grimpons dans le petit van qui est venu nous chercher pour prendre la direction de Kampot. Le chauffeur fait de multiples arrêts dans presque toutes les auberges de Sihanoukville et ce n’est qu’une bonne demi-heure plus tard que nous prenons enfin la route vers le Sud.

Il nous faut un peu plus de deux heures pour rallier notre nouvelle ville hôte située sous le massif du Bokor, à l’arrivée nous prenons un tuk-tuk qui s’éloigne des rues goudronnées pour s’enfoncer dans de toutes petites ruelles. Un dernier virage, des détritus et soudain nous voilà dans un charmant petit jardin vert et fleuri avec des tables installées en extérieur sous des huttes de palmiers : Bandini’s, notre maison pour trois nuits. Notre chambre est immense pour un prix bien plus raisonnable qu’à Sihanoukville, le soir même nous sommes également rassurés sur les prix des repas qui sont redescendus dans la norme. Pour un dollar nous pouvons en plus nous faire livrer et profiter du calme jardin pour dîner. La jeune femme de l’accueil, adorable, est aux petits soins avec nous.

10 février 2018 | 11h44

Barques à Kep

10 février 2018 | 11h59

Bienvenue à Kep

Le lendemain nous louons un de leurs scooters pour deux jours et partons en direction de la ville voisine : Kep. Si cette dernière est connue pour son marché aux crabes, nous ne faisons que le longer pour nous rendre un peu plus à l’Est en direction d’une plantation de poivre. Il y en a plusieurs alentours et la plupart propose des visites gratuites mais nous nous enfonçons toujours plus loin sur le chemin de terre pour arriver jusqu’à Sothy’s Pepper Farm, dont nous avons vu une brochure à l’auberge.

10 février 2018 | 13h53

Séchage du poivre

Il y a plusieurs volontaires sur la ferme de deux hectares, en grande partie couverte d’arbres fruitiers, dont certains français, nous prenons donc la visite en français – moins de monde ! – et commençons assis autour d’une table avec un autre couple. La jeune volontaire nous raconte l’histoire du poivre de Kampot, célèbre de par le monde pour sa saveur. Des cultures ont été tentées dans d’autres régions mais c’est le sol de la province qui donne son goût particulier au poivre et ne peut être reproduit ailleurs. Le poivre de Kampot bénéficie d’ailleurs d’une Indication Géographique Protégée (IGP).

En plus du logo IGP, Sothy’s Pepper Farm est membre de Kampot Pepper Promotion Association qui respecte les lignes directrices du label français EcoCert : aucun engrais chimique ou insecticide utilisé, à Sothy ce sont de savants mélanges de plantes locales qui tiennent éloignés les insectes s’attaquant aux plantations. Ils produisent même leur énergie à l’aide d’une éolienne et de panneaux solaires.

Buvant les paroles de notre guide et un cocktail de fruits en direct de la plantation, nous passons ensuite à la dégustation de leur poivre sous ces quatre formes que vous connaissez peut-être. Vert, les grains sont récoltés alors qu’ils ne sont pas encore tout à fait mûrs, ils sont généralement mis à tremper dans de l’huile et se consomment frais. Noir, c’est le grain vert qui a été mis à sécher pendant quelques jours avant d’être trié et calibré. Rouge, c’est le grain arrivé à maturité, cueillis un par un et séché au soleil, moins facile à obtenir. Blanc, c’est le grain rouge mis à tremper dans de l’eau pour retirer sa gangue avant d’être mis à séché.

10 février 2018 | 13h50

Tri du poivre

10 février 2018 |14h04

Poivre de Kep

Forts de notre nouveau savoir, c’est un autre volontaire français qui nous emmène dans la plantation, au séchoir puis au tri, nous apprenant à chaque étape de nouvelles choses  sur la culture du poivre. Ravis de notre visite, nous revenons sur nos pas – du moins nos roues puisque toujours en scooter – pour nous rendre au parc national de Kep. La guérite à l’entrée n’est pas toujours surveillée, si quelqu’un s’y trouve, le prix d’entrée est de $1 par personne. Nous nous offrons une bière au Led Zep Cafe qui donne une copie du plan des sentiers à tous ses clients.

10 février 2018 | 14h01

Plantations de poivre Sothy's

10 février 2018 |17h10

Led Zep Cafe

Nous voilà partis comme de véritables touristes, sans eau et en claquettes pour une courte promenade dans la jungle. Ce qui pourrait rappeler à certains notre aventure dans la jungle malaisienne, mais cette fois-ci les chemins sont – presque – bien indiqués et nous arrivons au sommet de la colline assez facilement, ayant espéré profiter d’un superbe point de vue.

10 février 2018 | 15h33

Lianes cambodgiennes

10 février 2018 | 16h05

Bouddha à Kep

Raté, la végétation est bien trop dense ! Nous saluons le petit bouddha blanc qui siège là, imperturbable – lui a compris depuis longtemps que le bonheur n’est pas forcément dans l’admiration d’un paysage, preuve en est il tourne le dos à la baie de Kep 😀 – et commençons notre redescente qui ne nous amènera pas vraiment là où nous le pensions. Qu’à cela ne tienne, nous avons le droit à un moment à notre point de vue sur la mer aux milieux des branches alors que nous arrivons presque en bas de la colline, c’était bien la peine de suer me direz-vous ! D’ailleurs ce n’est que quand nos pieds touchent de nouveau le goudron que nous nous retrouvons face à quelques singes alors que nous n’avons vu aucun signe de faune pendant notre brève randonnée !

10 février 2018 | 16h43

Dans le parc national de Kep

10 février 2018 | 16h46

Plus de singes à Kep

La journée touche à sa fin, nous rentrons face au soleil couchant et décidons de profiter encore de la livraison des repas au Bandini’s, leur jardin est tellement calme et relaxant qu’il est dur de le quitter !

En scooter. Kep, Cambodge. 9 février 2018

Crabe géant et maison qui bouge

Cela fait une impression bizarre quand on se relaxe dans un jardin cozy et que l’on voit une maison se déplacer au dessus de la clôture ! Elle devait sûrement déménager  🙂

(Elle était bleue, mais pas adossée à une colline.)

NDLR : Restez connectés, la vidéo sera disponible dans le prochain article !

 

Passé le marché, il y a aussi le crabe géant dans la baie (de mer), impressionnant.

Le fait de voir un bonhomme piquer les mûres baies (de poivre) parmi des milliers dans un panier pour les trier avec un sourire pas peu fier, passionnant.

Évidemment, même si ce n’est pas précisé, les suceurs de sang sont toujours de la partie, que l’on soit en ville ou dans cette oasis de calme. Irritant, grattant, gonflant, récurent, persistent mais… pas important . 🙂  Bzzzzzz !

 

7 Comments on “« Le sel de l’existence est essentiellement dans le poivre qu’on y met. » Alphonse Allais”

  1. Super !
    La dégustation de poivre cela donne quoi ? Ça doit picoter la bouche un peu non ? ..en tous les cas, on ne doit pas trop en abuser 😉

    J’ai beaucoup aimé, la phrase sur le bonheur et aussi la petite vidéo ainsi que la chanson associée.
    Sympa la mise en page où l’on voit mieux les photos, même si chez moi il y avait un partie du texte coincé entre deux photos avec des lignes de 3 mots pas plus et la vidéo superposant une photo. Pas bien grave, c’est le contenu qui compte 🙂
    Merci pour la partage.
    Take care

  2. Eh bien ça dépend du poivre… et des gens ! Certains ont trouvé le vert le plus piquant, moi je crois que c’était le rouge. J’ai même repris un vert le trouvant vraiment bon. Comme il est frais, il éclate en bouche.
    Le petit buddha m’a inspiré ! Quand à la musique, j’ai trouvé bien drôle d’entendre « holiday in Cambodia » dans la chanson, j’ai un peu moins ri en lisant le reste des paroles qui parlent de la période sous Pol Pot.

    Merci pour ton retour sur le bug, j’ai pu le reproduire sous Chromium, Opera et Edge… Il n’y a que sur Firefox (version 59) que le bug n’apparait pas. Quel navigateur utilises-tu ?

    Oui le poivre était fort savoureux 😉 , nous aurions bien aimé en prendre avec nous mais nous n’étions pas sûre de passer la douane australienne avec.

  3. J’ai bien Firefox 59 aussi. Il n’est apparu que la première fois ?! maintenant c’est ok . La partie sympa du bug c’est que les photos étaient beaucoup plus grandes, ce qui sur un grand écran est visuellement plus agréable. Mais comme il y a l’album on peut les voir en grand par ailleurs.
  4. Ah ! Alors ça c’est un autre bug, je pense que c’est dû à une latence du serveur (ou au plugin que j’utilise pour ne pas charger tous les scripts au début) qui fait que la mise en page ne se fait pas. Il m’arrive aussi que le site s’affiche avec le style prévu pour l’affichage sur téléphone ! 😮
  5. PARFAIT….JE RENTRE DE COTE D IVOIRE OU IL N Y A PAS DE POIVRE MAIS BEAUCOUP DE CACOTIERS ET MANGUIERS….ENORA ETAIT PRESENTE POUR ME SOUTENIR…..BONNE SUIT ET BISES DE PAPY

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *