« Une petite colline te fait arriver à une grande. » Proverbe africain

Nous partîmes à deux, mais par un prompt retour imprévu à Glasgow, nous nous vîmes trois en repartant au Nord. Ma petite sœur est du voyage pour le reste du tour d’Écosse. Le mercredi 30 nous sommes de nouveau sur les routes et longeons la partie ouest du Loch Lomond, près duquel nous passons la nuit et profitons du soleil le lendemain pour un brunch à l’extérieur après notre première lessive sauvage – respect aux gens d’avant la machine à laver, nous c’est l’aventure, eux c’était leur quotidien ! Astuce de baroudeur, frotter le linge contre un rocher, ça vaut l’ancienne planche à linge… qui a dû être inventée après avoir frotté sur les rochers d’ailleurs. 😆

30 août | 13h59

A la gare ferroviaire de Glasgow

31 août | 11h20

Brunch au Loch Lomond

Le Trossachs National Park est au sud de Glen Coe, vallée que nous parcourons les yeux émerveillés par ces vertes montagnes où naissent de multiples cascades. Un coup de cœur pour ces quelques miles jusqu’au Loch Leven.

I

Yeah Glen Coe !

31 août | 15h24

Marcheurs dans Glen Coe

31 août | 15h39

Glen Coe

31 août | 15h45

Cascade de Glen Coe

Nous passons au pied du Ben Nevis, la plus haute montagne des îles Britanniques – 1344 mètres – dont mes cousins aquitains ont défiés le sommet, que nous devinons à peine dans les nuages. C’est au Loch Lochy que nous dormons et le soleil toujours présent le premier jour de septembre nous permet une douche-baignade saisissante dans les eaux du lac sous le regard étonné d’autres routards.

31 août | 15h52

Pause sur la route

120170901_112315.jpg

Baignade au Loch Lochy

Nous rejoignons, à Fort Augustus, la pointe sud du Loch Ness et remontons sa rive ouest jusqu’à Invermoriston, un des rares endroits où nous avons trouvé un robinet public d’eau potable. Nous en profitons pour nous balader autour de son pont datant de 1813 enjambant la rivière Moriston.

1er septembre | 14h02

Vieux pont d'Invermoriston

1er septembre | 14h17

Maison d'été ?

Nous traversons Inverness sans vraiment nous y arrêter pour rouler sur l’A832 jusqu’aux Rogie Falls, sur la rivière Black Water – oui nous sommes en Wester Ross 😎 – où nous passons la nuit avant de partir en promenade en forêt. Nous parvenons en haut des multiples chutes d’eau et rejoignons d’autres touristes sur le pont en suspension. D’ici, de juillet à octobre, c’est l’un des meilleurs endroits pour apercevoir des saumons remonter la rivière pour retourner à leurs origines et se reproduire. Effectivement après quelques minutes d’observation nous en voyons bondir hors de l’eau à plusieurs reprises – désolée pas de photo ! Ils ont un obstacle de taille, 13 mètres aux chutes, sur la droite un escalier à été arrangé pour les aider. De retour au parking, nous brunchons en compagnie d’un rouge gorge peu farouche, déjà présent la veille, que nous baptisons George. 😆 Nous le recroiserons plusieurs fois sur notre route… mais si c’était le même ! 🙄

2 septembre | 11h39

Balade près des Rogie Falls

2 septembre | 12h01

A droite : escalier pour saumons

Nous reprenons la route vers le nord et traversons deux fois le village de Strathpeffer pour trouver le parking de Blackmuir Wood – indications écossaises ! Nous partons pour une petite randonnée vers le Touchstone Maze, un « labyrinthe » géologique basé sur un motif datant de la préhistoire. Cinq cercles de quatre-vingt un rochers, chacun ramené de différents endroits des îles et des Highland. Leur aîné, Lewisian gneiss, a tout de même 3 milliards d’années. Cueillant des framboises sauvages en route, nous poursuivons jusqu’à Knockfarrel, où si nous profitons d’une vue à 360°, nous cherchons encore les vestiges d’un fort picte de l’âge du fer.

2 septembre | 14h08

Touchstone Maze

2 septembre | 14h50

Knockfarrel

Retour sur l’A9, nous longeons Cromarty Firth, fjord où nous apercevons des phoques se faire dorer au soleil. A Tain, nous faisons le plein dans le Lidl le plus au nord du pays. Suivant cette fois ci le Dornoch Firth nous roulons jusqu’à la ville d’Ardgay pour nous arrêter sur une véritable aire de repos gratuite où se trouvent déjà quelques vans. Ça rappelle les aires australiennes. 😎

Dimanche 3 septembre au matin nous discutons avec l’un de nos voisins, un local venu pêcher, pendant que notre linge sèche au vent. Nous sommes à côté de l’estuaire Kyle of Sutherland, sud me demanderez-vous, oui car c’est ainsi que les hommes du Nord – que nous appelons aujourd’hui Vikings – ont baptisé les lieux lors de leur venue, forcément pour eux c’étaient les terres du sud. :mrgreen:

3 septembre | 9h37

Aire de repos à Ardgay

3 septembre | 14h26

Marée basse à Tongue

C’est maintenant la grande envolée vers le Nord, nous passons le Loch Shin, et après la ville de Lairg, l’A836 n’est plus qu’une route à une voie avec des « passing places » tout du long pour pouvoir se croiser. Le cœur des Highland présente de vastes étendues de collines à l’herbe rase où rien ne pousse sous le vent. Sauf les forêts de pins plantées et exploitées par l’homme, qui du coup gâchent parfois un peu le paysage. 😕 Jusqu’à la côte nord nous sommes presque seuls au monde au milieu des lacs et rivières, si ce n’est quelques moutons de ci de là.

3 septembre | 15h20

Tout au nord de l’Écosse

3 septembre | 16h25

Smoo Caves à Durness

Nous voilà au bout de l’Écosse avec quelques superbes vues sur la Mer du Nord. A Durness, nous descendons à pieds au niveau de la mer pour explorer les Smoo Caves, une grotte immense où, dans un recoin, coule une cascade.

3 septembre | 16h29

Première grotte creusée par la mer

3 septembre | 16h34

Seconde grotte creusée par l'eau douce

Nous parcourons encore quelques miles pour trouver un endroit pour la nuit et nous arrêtons face à un pan de montagne verte parcouru de cascades qui rejoignent la rivière serpentant dans la plaine où paissent des moutons. Les Highland comme je me les imaginais !

3 septembre | 16h41

Mer du Nord à Durness

3 septembre | 17h30

TNT dans les Highland

Musique et Highlands, deux buts atteints dans cet univers enchanteur, quand le soleil cache un peu sa timidité. On entend siffler vents entre vallées. Ici on se met au vert, au sens propre du terme, on se baigne dans lacs et rivières fraiches, on fait nos besoins dehors par vents et pluies, on roule presque seuls… Le bonheur quoi !

Une passagère clandestine s’étant introduit dans notre vaisseau, nous avons décidé de la garder avec nous, mais aussi de lui faire faire les corvées liées à l’entretien quotidien du personnel naviguant ; préparation d’apéro, exécution de jeux d’esprit des plus évolués (amnesia, baccalauréat, etc…)

Avec ce trio de choc nous admirons aussi les paysages et nous découvrons effectivement qu’un certain fabriquant de meubles scandinave a dû lourdement investir en Écosse vu le nombre de sapins installés sur les Bens et dans les Glens.

Amis musiciens et/ou beatles-o-philes, encore un pèlerinage pour vous : Durness, où John Lennon venait passer ses vacances d’été qui lui ont donné beaucoup de joie et de souvenirs exprimés entre autres dans la chanson In my life, qui figure sur l’album Rubber Soul, d’après le (très) petit mémorial qui lui est dédié dans ce (très) petit village.

Commentaires (8)

  1. Sylvie
    Hello, super et superbes paysages, ça fait rêver, bisous !
  2. Bree Domi
    Avec vous Deux on remonte dans un temps où la nature est vierge .Nous découvrons l’Ecosse
    d’une façon inattendue et j’ai l’impression d’être une extra terrestre qui arrive sur terre avant que l’Homme commence le grand chamboulement. Bravo et merci.bises Domi et Claude Bree.
  3. Zusje
    Je vous aime ♡
  4. véronique
    très belles photos et magnifiques paysages !comme dit Serge « on n’a pas tout vu il faudra y repartir… merci et bonne continuation ! bises
  5. Claire (Auteur de l'article)
    @bree-domi @veronique
    Merci à tous pour vos commentaires ! Nous avons encore quelques paysages sous le coude à vous partager ! 😉
  6. GEORGES
    BIEN LU ET MERCI….AVEC UN S A GEORGE JE N AI RIEN D UN OISEAU…..ET AVEC MES 90 KGS IDEM….BISES
  7. Uncle Marc
    Bien lu … aussi 😉

    Merci pour le périple aux travers des Highland. Le rouge gorge, je pense que c’est possible, il doit bien voler aussi rapidement qu’un certain TNT.
    Content que vous ayez partagé tout cela avec votre passagère clandestine, pas de hasard sur votre presence si près au moment « voulu ».

    Bisous
    Take care

  8. Claire (Auteur de l'article)
    Merci de toujours nous suivre.
    Sûr qu’avec nos 40 miles/h il a pu nous rattraper ! Bientôt (si, si !) la descente de la côte ouest. 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *