Mimi

TS – Travelling Spirit donc ! – est immatriculé dans le Western Australia, si c’est la >registration – équivalent de la carte grise française, mixée avec nos anciennes vignettes – la moins chère et la plus facile à renouveler, il est obligatoire d’avoir un antivol – electronical immobiliser. Ne sachant pas si nous en avons un, nous avons pris rendez-vous jeudi 15 janvier à Autobarn – équivalent de Norauto – mais la veille nous découvrons un boîtier électronique sous le siège conducteur et une lumière rouge qui clignote à l’intérieur du tableau de bord. Voilà 190$ d’économisés ! Comme nous sommes dans le quartier de Airport West, nous allons prendre le café chez Amélie, une française expatriée que j’ai rencontrée par le biais du forum Australia Australie et qui m’a beaucoup aidée à comprendre le système australien pour l’achat d’une voiture.

Un saut à BIP Toyota pour une partie manquante du cric – qu’ils nous donnent gratuitement – et nous voilà partis pour un tour de chauffe, direction le départ de la Great Ocean Road. Nous nous arrêtons juste avant la ville de Torquay sur une aire de repos où sont déjà installés des allemands que nous verrons plus tard planter leur tente sur le petit carré d’herbe de l’aire, nous enlevant nos inquiétudes quant à déplier la tente de toit. Après avoir interverti deux pneus pour avoir plus ou moins la même usure sur le même essieu – en attendant l’achat de deux autres pneus – nous rejoignons un groupe de jeunes français, une norvégienne et un suédois pour une soirée bière-pong pour certains, hot-dog pour d’autres, musique et partage pour tout le monde.


16 janvier - 10h51

Plage d'Anglesea

16 janvier - 11h10

Cormorans à Point Addis

Mimi, il est près de deux heures du matin lorsque j’apprends que tu es partie et que je ne pourrai pas revenir pour être auprès de nos proches. Comme ils me l’ont dit et comme je l’ai pensé, tu aurais voulu que le voyage continu. Alors ce petit bout qui va suivre, sur cette grande et belle route, il est d’abord pour toi. Une route construite à la main par quelques trois mille soldats et marins de retour de la première Guerre Mondiale en l’honneur de leurs défunts camarades.

16 janvier - 10h50

Surfeurs à Bells Beach

16 janvier - 11h09

Falaises instables

Au petit matin il fait d’ailleurs tout aussi froid qu’en Bretagne et c’est bien couverte, bonnet sur les oreilles que je bois un thé en regardant le soleil se lever. Nous faisons quelques courses à Torquay, ville où sont nées les marques de surf Rip Curl et Quicksilver – voilà qui intéressera peut-être quelques uns de mes cousin(e)s 🙂 – en attendant que le centre d’informations ouvre ses portes à 10 heures. Nous passons au large de Bells Beach, réputée pour sa compétition de surf : le Rip Curl Pro et pour être un lieu où des scènes du film Point Break ont été tournées. Autant de références qui parleront sûrement aux surfeurs, nous en observons quelque uns du haut d’une falaise en dehors de la ville.

16 janvier - 11h33

Mimi

16 janvier - 11h20

Ronald à Red Rocks Beach

16 janvier - 11h19

L'Homme contre la nature

16 janvier - 11h16

Quatre marcheuses

Au Parc National Maritime de Point Addis nous descendons marcher sur une plage nommée Red Rocks, si nous n’y trouvons pas les rochers rouges, j’y trouve un moment de paix.

16 janvier - 12h26

Split Point Lighthouse

16 janvier - 14h50

Cascade d'Erskine

C’est sous le phare de Split Point à Aireys Inlet que nous prenons le premier repas dans notre nouvelle maison. Plus loin nous passons sous le mémorial de la Great Ocean Road. Une arche en bois érigée au côté d’une statue – The Diggers – représentant deux hommes en train de construire la route. A Lorne nous roulons une dizaine de kilomètres vers l’intérieur des terres pour aller voir les Erskine Falls : pas aussi impressionnantes que les Cascades du Hérisson dans le Jura mais elles valent le coup d’oeil, puis un tour au Teddy’s Lookout : un joli panorama sur la Great Ocean Road. Une pause café à Wongarra où comme tout du long de la Great Ocean Road la végétation recèle de petits sentiers à moitié cachés qui mènent jusqu’à de très jolies plages, malgré la météo qui commence à se faire menaçante.

16 janvier - 16h30

Plages de la GOR

16 janvier - 16h31

Paysage de la GOR

La pluie nous rattrape à Apollo Bay où après un plein de diesel nous décidons d’arrêter notre route, les Douze Apôtres seront pour une prochaine fois. Nous devons être à Deer Park demain matin pour l’achat des pneus. Considérations très terre à terre après cette journée aux émotions mélangées.

Une route non goudronnée nous emmène au cœur d’une forêt du Parc National Great Otway où nous expérimentons notre première aire gratuite au bord d’une rivière, non loin des chutes de Stevenson.

Le ciel et mon cœur sont accordés : ils pleurent.

16 janvier - 15h42

Great Ocean Road

10 Comments on “Mimi”

  1. Hélas oui ! Au prix d’achat, nous avons fait une concession ! Ronald préfère conduire des boîtes manuelles, et je souhaite passer ici le permis sur boîte manuelle également ou de retour en France je ne pourrais conduire que ta voiture et celle de mon père ! 😀
  2. Elle mérite au moins un titre juste pour elle. Nous continuons de voyager et comme le temps en Tasmanie, les émotions vont du soleil à la pluie.

    Merci à ton ami. 🙂

  3. J’aime aussi beaucoup ce titre ..Mimi !! Presque un mois déjà et tes écrits font remonter mes émotions. Je touche encore plus du doigt ton ressenti du moment. Mais comme tu le dis si bien, une telle nature, de si beaux paysages autour de toi permettent de voyager ..

    Un ami féru et expert en photo a trouvé ta photo, hommage à ta grand mère, très belle et très réussie photographiquement parlant !!

  4. Merci Monette. Ce cheminement au bord du Détroit de Bass était plus que bienvenu, la grandeur des paysages permet de s’échapper tout en restant sur Terre. Bisous.
  5. Un être cher vient de s’en aller. Comment exprimer par de simples mots la grande émotion et l’infinie tristesse que tu peux ressentir au fond de ton cœur !Il faut s’armer de courage et ne penser qu’au bons souvenirs qui nous restent et qui font revivre nos chers disparus.
    Les paysages que tu visites sont magnifiques et leur vue doit d’amener un peu d’apaisement.
    Bisous à tous les deux
    Monette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *